top

Les équipées de Yeng: Le palais aux cents bois.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cercle des Poings Ivres Index du Forum -> En Kalimdor -> La brasserie (RP).
Auteur Message
Yeng
Garde du fût

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2012
Messages: 78
Localisation: Là où le ciel touche les montagnes
Masculin Lion (24juil-23aoû) 狗 Chien
Vaillance: 81
Moyenne de points: 1,04

MessagePosté le: Lun 24 Déc - 04:50 (2012)    Sujet du message: Les équipées de Yeng: Le palais aux cents bois. Répondre en citant

[HRP]

J'écris juste une petite histoire pour passer le temps (Il est 2:54 du matin et je suis encore excité comme une puce). C'est mon dernier test pour me fatiguer lol. Encore une fois: je fais ceci pour divertir, libre à vous d'y participer ou pas.

[RP]

 Yeng marche paisiblement le long de la route qui mène à la brasserie Brune-d'Orage. Il aime flâner près des étales non loin du bâtiment principale. Voir toute cette bière aux diverses couleurs alléchantes, ces mousses débordantes à même le sol et ces chopes se cogner dans un tumulte de rire rendent fou d'envie Yeng. Combien de fois ne s'est-il pas adonné au métier de brasseur ! Combien de fois ne s'est-il pas présenté à diverses tavernes ! Mais en vain, son allergie a toujours eu le dessus sur sa passion.
 
 Assis sur une barrière au bord de la route, il hume l'air printanière. Avec l'arrivée de la saison des fleurs, les Pandarens organisent une fête en l'honneur des cinq esprits. Le jeune Yeng imagine déjà les banquets à perte de vue, les danses, les concours et sans oublier l'arrivée des moines venus des quatre temples de la Pandarie. Le simple fait d'y penser fait dresser les poils du garçon. En fait, ce n'était pas une impression due au songe, mais aux arômes enivrantes des étales qui chatouillent ses narines. Aussitôt, Yeng ne pu s'empêcher de pousser un cris plaintif en vomissant son dernier goûter. Le bruit occasionné ne manque pas d'alerter les habitants du coin. Habitants qui, dans leur bons jours, ne font que se moquer du malheureux et le surnommer le "maudit sobre".
 Chagriné encore une fois, Yeng sert les poings le plus fort possible pour ne pas laisser ses sentiments surgirent. Il était hors de question de laisser montrer à ces imbéciles qu'ils avaient gagné. D'un pas déterminé, il s'empresse de rentrer chez lui. Mais à peine a-t-il eu le temps d'arriver à la prochaine croisée qu'il se prend un ramassis de boue en pleine face et le fait tomber sur les pierres. Le pauvre bougre n'a même pas eu le temps de se demander le comment du pourquoi qu'il entend déjà des railleries d'enfants. Pour Yeng, s'en était trop. Il était temps de prendre les choses en main.

 Le garçon scrute le ciel étoilé ardemment. Lorsque la lune sera à son apogée, il partira pour la forêt de jade. La forêt: endroit inconnu où des bêtes monstrueuses dévorent les petits enfants qui mangent de trop... du moins, c'est ce que la mère de Yeng disait pour qu'il arrête de s’empiffrer et pour qu'il ne sorte pas de la vallée. A penser ainsi, le Pandaren s'est mis en retard de trente minutes. Il prend donc son sac, sa casserole et ses livres préférés sur "Comment devenir moine par maître bufflefâché" et se met en route en essayant de ne pas penser à sa famille qu'il laisse derrière lui.
 Arrivé au coeur de la forêt depuis un moment, il hésite encore où dormir. Près d'un rocher ? En cas d'attaque de rampant c'est idéal mais pour la pluie ce n'est pas génial. Dans une grotte ? Contre la pluie, oui, mais contre les bêtes... Bref, il ne sait où donner de la tête. Si bien qu'il finit par tomber endormi au pied d'un arbre, à la belle étoile.

*Yeng s'écarte en baillant d'une voix grave*

 Les paupières lourdes du Pandaren mettent du temps avant de rependre leur plein potentiel. Lorsque se fut chose faite, le jeune homme ne tarda pas à sursauter. Devant lui se trouve une grotte fantastique: des cascades dont l'eau est colorée d'un bleu incroyablement clair, des racines noueuses servant de passerelle, des champs de champignon géant et des maisons érigées à partir de racine et de bois. Plus loin, à l'horizon, la grotte s'ouvre en une immense vallée multicolore. L'herbe verte, les nuages blanc, les montagnes grises et blanches ainsi que les cours d'eau, Yeng se demande s'il n'est pas en train de rêver et qu'il va bientôt se réveiller dans la forêt.

-"Qui toi ? Zut toi ! Pas être ici !"

 Yeng tourne la tête et remarque un lutin plus grand que les autres, arborant une multitude de bijoux. Sans trop prêter attention aux paroles du petit être, il regarde, ébahi, les sentiments que cette environnement procure. Tant de joie, tant de rire mais pourtant, il manque quelque chose.

-"Aïe !"

 Le Pandaren ressent une douleur vive au niveau du pied. L'un des lutins l'a piqué à l'aide d'une ronce travaillée.

-"Toi dire ! Quoi faire ici !"

-"Ecoutez, lutins, je ne veux pas d'ennuies, d'accord ? Je ne suis qu'un fermier égaré, montrez moi la sortie et je pars vite fait."

*Le chef lutin dévisage Yeng d'un air méfiant*

-"Non ! Pas confiance ! Toi connaître palais secret lutins, toi donner cadeau sinon toi zut !"

 Yeng comprend évidemment qu'il va devoir sortir sa carte maîtresse pour s'en sortir. Le problème, c'est qu'il n'est bon en rien. Plus il se met à réfléchir, plus ses pensées se détournent sur le "quelque chose" qui manque. Trouvé ! Ce qui manque dans cette atmosphère fantaisiste, c'est l'odeur d'une marmite en ébullition et de saucisses grillées ! Et coup de chance, Yeng est doué en cuisine.

-"Ecoutez, voilà le marché: Je vous fait à manger, si vous aimez, vous me laisser partir, si vous n'aimez pas alors..."

-"Alors zut toi !".

 Aussitôt dit, aussitôt fait. Les lutins s'agglutinent pour voir Yeng danser d'un four en terre à un autre, jongler avec les casseroles en tambourinant et chanter grâce à divers ustensiles. Pour lui c'est de la rigolade, pour les lutins de l'art. Une fois la grotte envahie de fumée et de vapeur, chacun se mit à manger.  Et là, miracle: les petits êtres de bois sont enthousiastes comme jamais. Le chef des créatures ose même lui donner un collier magique.

-"Toi penser bon endroit, lui t'y emmener."
 
 Mais il ne pouvait partir. Une frénésie les conquit. Sa saute, sa danse, sa pète, sa rote, sa hurle. "Encore ! Encore ! crient-il, les murs tremblent de leur seul et unique voix. Si bien qu'une partie du plafond finit par s'écrouler. Puis, le noir. Yeng ré-ouvre les yeux en étant dans un lieux familier: le garde-manger de chez lui. Alors qu'il ouvre la main, il découvre l’artéfact fissuré. Et dans l'autre main, un bout de feuille où figure quelques mots griffonnés:
"Promesse tenue, pas zut, merci ami des lutins".

Depuis ce jour, Yeng sait que, même s'il a des faiblesses, certaines personnes auront toujours besoin de lui. Et bien sûr, qu'il ne faut jamais partir en aventure sans une bonne poêle !

FIN.  
_________________


La connaissance est une lanterne qui illumine le chemin parcouru.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 24 Déc - 04:50 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cercle des Poings Ivres Index du Forum -> En Kalimdor -> La brasserie (RP). Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation